{"_id":"5bb781f6fb50e6000327607d","project":"56f53a262c02aa3400ab4a29","version":{"_id":"56f53a262c02aa3400ab4a2c","hasReference":true,"__v":15,"project":"56f53a262c02aa3400ab4a29","hasDoc":true,"createdAt":"2016-03-25T13:16:22.283Z","releaseDate":"2016-03-25T13:16:22.283Z","categories":["56f53a262c02aa3400ab4a2d","5b0a5e40f1e8d100034c137f","5b0a5e45800fc9000362252e","5b0e8d07eddcf50003982a7f","5b0eb7a1c24f22000368300a","5b0feba57d6ce900030718c1","5b1005627d6ce90003071a72","5b10059a3ebcea000311ebb6","5b100c58c4e03800033730e8","5b1130c7171b8e00036a493d","5b113c38c714b300037e8a4a","5b1152caf23abf000333d649","5b11536bf23abf000333d674","5b1a44d6f2ce200003dddde0","5b1aa4a2da56af0003f1af27"],"is_deprecated":false,"is_hidden":false,"is_beta":false,"is_stable":true,"codename":"","version_clean":"1.0.0","version":"1.0"},"category":{"_id":"5b113c38c714b300037e8a4a","project":"56f53a262c02aa3400ab4a29","version":"56f53a262c02aa3400ab4a2c","__v":0,"sync":{"url":"","isSync":false},"reference":false,"createdAt":"2018-06-01T12:29:44.485Z","from_sync":false,"order":8,"slug":"cultiver-au-quotidien","title":"Cultiver au quotidien"},"user":"5b3dc8295352b60003da96f6","__v":0,"parentDoc":null,"updates":[],"next":{"pages":[],"description":""},"createdAt":"2018-10-05T15:23:34.626Z","link_external":false,"link_url":"","sync_unique":"","hidden":false,"api":{"results":{"codes":[]},"settings":"","auth":"required","params":[],"url":""},"isReference":false,"order":5,"body":"[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"Été - Ombrage dans la serre\"\n}\n[/block]\n\n[block:api-header]\n{\n  \"type\": \"basic\",\n  \"title\": \"1. Pourquoi ?\"\n}\n[/block]\nEn été, l’intensité de la lumière est trop forte et les plantes souffrent alors d’un excès de chaleur et du flux d’énergie trop important. Le fonctionnement normal des plantes est lors bloqué. \n\nEn effet, les stomates (pores à la surface des feuilles notamment) restent fermés pour empêcher à la plante de se dessécher trop rapidement, mais en même temps elle s’arrête de travailler (produire des sucres de réserve). \n\nA cela s’ajoute, les risques de brûlures sur les feuilles et les fruits.\n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"2. Réduire le rayonnement lumineux\"\n}\n[/block]\nPour limiter ces phénomènes, il faut réduire l’entrée du rayonnement lumineux dans la serre, notamment des rayons infrarouges courts responsables de l’augmentation de la température par le phénomène de l’effet de serre. Pour cela, il est possible d’utiliser : \n\n-\tUne toile d’ombrage qui empêche aux rayons lumineux de taper sur les végétaux\n-\tUn vernis spécifique pulvérisé sur les vitres en extérieur qui laisse passer les rayons lumineux actifs dans la photosynthèse mais réduit significativement l’entrée des infrarouges courts. \n-\tUne peinture d’ombrage type Blanc de Medon, qui est à appliquer sur la surface vitrée intérieure de la serre. \n\nGénéralement, la période de mise en place d’une des techniques d’ombrage est typiquement le mois de mai. \n\nLe vernis de protection est retiré début octobre, à l’aide d’un produit de nettoyage spécifique (Top Clear) à pulvériser et rincer à l’eau claire. La toile d’ombrage se replie. \n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"Hiver – Microfilm anti-condendation et éclairage photosynthétique LED\"\n}\n[/block]\nEn hiver, le manque de lumière (intensité et photopériode réduites) est le principal facteur limitant de la croissance des plantes, surtout en Europe du Nord. La quantité de lumière naturelle n’est pas assez importante pour combler les besoins des plantes. \n\nPour optimiser la production sous serre, il y a possibilité d’optimiser la pénétration de la lumière avec un microfilm anti-condensation et d’augmenter la quantité d’énergie lumineuse reçue par les plantes avec de l’éclairage LED.\n\nGrâce à l’éclairage, il est possible d’allonger la période de culture et ainsi d’occuper la serre plus longtemps avec des légumes aux besoins lumineux plus important (tomates, poivrons, etc…). L’éclairage assure un bon taux de croissance et de développement des plantes. \n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"1. Utilisation du microfilm anti-condensation\"\n}\n[/block]\nEn hiver, l’air froid contient moins d’eau sous forme de vapeur. L’humidité se condense donc plus facilement sur le verre de la serre. Cette condensation empêche la lumière de pénétrer de 15 à 40%. Cela entraîne une baisse de l’activité des plantes et la formation de gouttelette (« pluie froide »), qui favorise le développement des maladies fongiques (pourriture grise par exemple). \n\nIl est possible de limiter la formation de la condensation sur le verre en appliquant un microfilm antibuée. Ainsi les gouttes qui pourraient réfléchir la lumière sont beaucoup moins présentes. \n\nApplication du produit anti-condensation DropStop mélangé à de l'eau douce (de faible dureté, de source, osmosée ou de pluie) sur la surface intérieure du verre avec un pulvérisateur :\n[block:parameters]\n{\n  \"data\": {\n    \"0-0\": \"Family 22\",\n    \"0-1\": \"3 L\",\n    \"0-2\": \"150 mL\",\n    \"1-0\": \"City\",\n    \"1-1\": \"1 L\",\n    \"1-2\": \"60 mL\",\n    \"h-0\": \"Modèle de serre\",\n    \"h-1\": \"Volume d’eau\",\n    \"h-2\": \"Volume DropStop\"\n  },\n  \"cols\": 3,\n  \"rows\": 2\n}\n[/block]\nL’application se fait au début de l’automne lorsque la condensation commence à apparaître sur le verre. La mise en œuvre se réalise sur verre sec. \n\nLors de l’application, veillez à porter une paire de gants ainsi que de lunettes de protection. A la concentration utilisée, ce produit n’est pas toxique pour les organismes vivants, ni pour l’environnement. \n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"2. Utilisation d'un éclairage LED\"\n}\n[/block]\nL’éclairage LED est avantageux à plusieurs titres. Grâce à la grande durée de vie des LED, il est possible d’améliorer la productivité pendant la période automnale et hivernale d’octobre à fin mars.\n\nDe plus le rendement énergétique des LED est très bon, cela permet des économies d’énergie importantes. Un autre avantage de taille, est la faible émission de chaleur lorsque les LED sont en fonctionnement. \n\nIl n’y pas d’impact sur le climat de la serre, c’est-à-dire que la température intérieure n’est pas modifiée. \n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"2.1. Choix du spectre\"\n}\n[/block]\nLa LED blanche couvre le spectre actif de la photosynthèse des plantes. Dans la lumière blanche ont retrouve toutes les couleurs visibles par l’œil. Ci-dessous, la courbe de Mc Cree (= courbe de sensibilité des plantes aux longueurs d’ondes) montre que toutes les couleurs ont un rôle sur la photosynthèse et la réaction des plantes. La lumière blanche est donc plus efficace pour l’équilibre métabolique et la croissance des plantes. \n[block:image]\n{\n  \"images\": [\n    {\n      \"image\": [\n        \"https://files.readme.io/96f0488-Courbe_de_Mc_CREE.png\",\n        \"Courbe de Mc CREE.png\",\n        344,\n        322,\n        \"#ecb063\"\n      ],\n      \"caption\": \"La courbe de McCree montre que toutes les couleurs du spectre de la lumière blanche ont un rôle sur la photosynthèse et les réactions des plantes. (Source: Plant Physiology in Greenhouses)\"\n    }\n  ]\n}\n[/block]\n\n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"2.2. Les performances de l'éclairage en vertical\"\n}\n[/block]\nL’éclairage rend les plantes beaucoup plus actives, donc elles transpirent et consomment de l’eau et des nutriments. Ces besoins supplémentaires en eau et nutriments sont couverts par l’irrigation programmée dans les tours ZipGrow ainsi que dans le jardin vertical Aerospring. \n\nDe plus la qualité et la coloration des fruits s’améliorent, ainsi que le taux de sucres. Les tissus des plantes sont de très bonne qualité. Les plantes sont compactes, saines et équilibrées.\n\nDans les cultures éclairées on peut augmenter la densité de plantation. Une photosynthèse optimisée permet d’augmenter les rendements : jusqu’à 20% pour la quantité de tomate et de courgettes et 25% de concombre en nombre de pièce, etc…\n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"2.3. Le réglage de l'éclairage\"\n}\n[/block]\nOn considère que la somme de radiation globale est inférieure au seuil critique des besoins de la plante de la période s’étalant d’octobre à mars. Le mois de décembre est la période la plus sombre. L’appoint photosynthétique avec l’éclairage LED peut représenter plus de 50% de la quantité de lumière reçue par la plante sur une journée. \n\nLorsque la photopériode et l’intensité lumineuse augmentent avec l’arrivée des beaux jours (à la sortie de l’hiver) cette proportion s’établie à moins de 10% de la somme de radiation globale journalière totale.\n\nLa durée d’éclairage dépend principalement de la période de l’année où l’on se trouve. Ci-dessous sont présentées les recommandations de durée d’éclairage :\n[block:parameters]\n{\n  \"data\": {\n    \"h-0\": \"Mois\",\n    \"h-1\": \"Durée d’éclairage (heures)\",\n    \"0-1\": \"6\",\n    \"1-1\": \"12\",\n    \"2-1\": \"16\",\n    \"3-1\": \"12\",\n    \"4-1\": \"8\",\n    \"5-1\": \"4\",\n    \"0-0\": \"Octobre\",\n    \"1-0\": \"Novembre\",\n    \"2-0\": \"Décembre\",\n    \"3-0\": \"Janvier\",\n    \"4-0\": \"Février\",\n    \"5-0\": \"Mars\"\n  },\n  \"cols\": 2,\n  \"rows\": 6\n}\n[/block]\nIl y a deux règles de base à respecter pour bien faire assimiler l’éclairage LED aux plantes : \n\n-\tLe passage de l’éclairage de 16 à 4 heures se fait graduellement. Le changement de la durée de photopériode est progressif, soit 30 minutes par jour. \n-\tLa photopériode doit rester identique pendant une semaine. \n\nPour une longue photopériode, l’allumage se fait à minuit dans l’idéal et l’arrêt à 16 heures pour laisser les bourdons aller naturellement à la ruche avant le coucher du soleil. Ce sont des conditions idéales pour la croissance des plantes si l’on veut optimiser la production. Les nuisances lumineuses sont à considérer vis-à-vis du voisinage. \n[block:api-header]\n{\n  \"title\": \"2.4. La gestion de la température\"\n}\n[/block]\nLes émissions de chaleur par les LED sont très faibles. Les plantes sont alors dans des conditions confortables de croissance, sans gradient de température qui perturbent le bon fonctionnement physiologique entre les différentes parties de la plante (par exemple entre le haut de la plante et les racines…). \n\nEn hiver, la température extérieure est très basse. Pour maintenir la chaleur à l’intérieur de la serre il est possible de déployer l’écran thermique pour limiter les déperditions de chaleur. L’éclairage LED compense la réduction de la pénétration lumineuse naturelle, en économisant l’énergie pour le chauffage. \n\nAu printemps, il y peut y avoir des jours de chaleur, mais avec l’éclairage LED, il n’y aura pas d’accumulation de chaleur. Car si la température journalière est trop élevée, alors la plante brûle trop de sucres et il n’y a pas d’optimisation de l’ajout de lumière. \n[block:image]\n{\n  \"images\": [\n    {\n      \"image\": [\n        \"https://files.readme.io/38e7ae3-b4fe407-20180928_151725.jpg\",\n        \"b4fe407-20180928_151725.jpg\",\n        1512,\n        2016,\n        \"#4a4b38\"\n      ],\n      \"caption\": \"Positionnés à la verticale, les bandeaux de LED blanches permettent d’améliorer la croissance et le développement des cultures sur toute la hauteur de tours ZipGrow. L’intégration de l’éclairage ne gène pas le déploiement de l’écran thermique, très utile en hiver.\"\n    }\n  ]\n}\n[/block]","excerpt":"La lumière est l’énergie fondamentale indispensable à la photosynthèse des plantes. En serre ou en intérieur, il faut la gérer durant la saison pour éviter les excès et les déficits afin d’assurer une croissance optimale des plantes.","slug":"gestion-de-la-lumiere","type":"basic","title":"Gestion de la lumière"}

Gestion de la lumière

La lumière est l’énergie fondamentale indispensable à la photosynthèse des plantes. En serre ou en intérieur, il faut la gérer durant la saison pour éviter les excès et les déficits afin d’assurer une croissance optimale des plantes.

[block:api-header] { "title": "Été - Ombrage dans la serre" } [/block] [block:api-header] { "type": "basic", "title": "1. Pourquoi ?" } [/block] En été, l’intensité de la lumière est trop forte et les plantes souffrent alors d’un excès de chaleur et du flux d’énergie trop important. Le fonctionnement normal des plantes est lors bloqué. En effet, les stomates (pores à la surface des feuilles notamment) restent fermés pour empêcher à la plante de se dessécher trop rapidement, mais en même temps elle s’arrête de travailler (produire des sucres de réserve). A cela s’ajoute, les risques de brûlures sur les feuilles et les fruits. [block:api-header] { "title": "2. Réduire le rayonnement lumineux" } [/block] Pour limiter ces phénomènes, il faut réduire l’entrée du rayonnement lumineux dans la serre, notamment des rayons infrarouges courts responsables de l’augmentation de la température par le phénomène de l’effet de serre. Pour cela, il est possible d’utiliser : - Une toile d’ombrage qui empêche aux rayons lumineux de taper sur les végétaux - Un vernis spécifique pulvérisé sur les vitres en extérieur qui laisse passer les rayons lumineux actifs dans la photosynthèse mais réduit significativement l’entrée des infrarouges courts. - Une peinture d’ombrage type Blanc de Medon, qui est à appliquer sur la surface vitrée intérieure de la serre. Généralement, la période de mise en place d’une des techniques d’ombrage est typiquement le mois de mai. Le vernis de protection est retiré début octobre, à l’aide d’un produit de nettoyage spécifique (Top Clear) à pulvériser et rincer à l’eau claire. La toile d’ombrage se replie. [block:api-header] { "title": "Hiver – Microfilm anti-condendation et éclairage photosynthétique LED" } [/block] En hiver, le manque de lumière (intensité et photopériode réduites) est le principal facteur limitant de la croissance des plantes, surtout en Europe du Nord. La quantité de lumière naturelle n’est pas assez importante pour combler les besoins des plantes. Pour optimiser la production sous serre, il y a possibilité d’optimiser la pénétration de la lumière avec un microfilm anti-condensation et d’augmenter la quantité d’énergie lumineuse reçue par les plantes avec de l’éclairage LED. Grâce à l’éclairage, il est possible d’allonger la période de culture et ainsi d’occuper la serre plus longtemps avec des légumes aux besoins lumineux plus important (tomates, poivrons, etc…). L’éclairage assure un bon taux de croissance et de développement des plantes. [block:api-header] { "title": "1. Utilisation du microfilm anti-condensation" } [/block] En hiver, l’air froid contient moins d’eau sous forme de vapeur. L’humidité se condense donc plus facilement sur le verre de la serre. Cette condensation empêche la lumière de pénétrer de 15 à 40%. Cela entraîne une baisse de l’activité des plantes et la formation de gouttelette (« pluie froide »), qui favorise le développement des maladies fongiques (pourriture grise par exemple). Il est possible de limiter la formation de la condensation sur le verre en appliquant un microfilm antibuée. Ainsi les gouttes qui pourraient réfléchir la lumière sont beaucoup moins présentes. Application du produit anti-condensation DropStop mélangé à de l'eau douce (de faible dureté, de source, osmosée ou de pluie) sur la surface intérieure du verre avec un pulvérisateur : [block:parameters] { "data": { "0-0": "Family 22", "0-1": "3 L", "0-2": "150 mL", "1-0": "City", "1-1": "1 L", "1-2": "60 mL", "h-0": "Modèle de serre", "h-1": "Volume d’eau", "h-2": "Volume DropStop" }, "cols": 3, "rows": 2 } [/block] L’application se fait au début de l’automne lorsque la condensation commence à apparaître sur le verre. La mise en œuvre se réalise sur verre sec. Lors de l’application, veillez à porter une paire de gants ainsi que de lunettes de protection. A la concentration utilisée, ce produit n’est pas toxique pour les organismes vivants, ni pour l’environnement. [block:api-header] { "title": "2. Utilisation d'un éclairage LED" } [/block] L’éclairage LED est avantageux à plusieurs titres. Grâce à la grande durée de vie des LED, il est possible d’améliorer la productivité pendant la période automnale et hivernale d’octobre à fin mars. De plus le rendement énergétique des LED est très bon, cela permet des économies d’énergie importantes. Un autre avantage de taille, est la faible émission de chaleur lorsque les LED sont en fonctionnement. Il n’y pas d’impact sur le climat de la serre, c’est-à-dire que la température intérieure n’est pas modifiée. [block:api-header] { "title": "2.1. Choix du spectre" } [/block] La LED blanche couvre le spectre actif de la photosynthèse des plantes. Dans la lumière blanche ont retrouve toutes les couleurs visibles par l’œil. Ci-dessous, la courbe de Mc Cree (= courbe de sensibilité des plantes aux longueurs d’ondes) montre que toutes les couleurs ont un rôle sur la photosynthèse et la réaction des plantes. La lumière blanche est donc plus efficace pour l’équilibre métabolique et la croissance des plantes. [block:image] { "images": [ { "image": [ "https://files.readme.io/96f0488-Courbe_de_Mc_CREE.png", "Courbe de Mc CREE.png", 344, 322, "#ecb063" ], "caption": "La courbe de McCree montre que toutes les couleurs du spectre de la lumière blanche ont un rôle sur la photosynthèse et les réactions des plantes. (Source: Plant Physiology in Greenhouses)" } ] } [/block] [block:api-header] { "title": "2.2. Les performances de l'éclairage en vertical" } [/block] L’éclairage rend les plantes beaucoup plus actives, donc elles transpirent et consomment de l’eau et des nutriments. Ces besoins supplémentaires en eau et nutriments sont couverts par l’irrigation programmée dans les tours ZipGrow ainsi que dans le jardin vertical Aerospring. De plus la qualité et la coloration des fruits s’améliorent, ainsi que le taux de sucres. Les tissus des plantes sont de très bonne qualité. Les plantes sont compactes, saines et équilibrées. Dans les cultures éclairées on peut augmenter la densité de plantation. Une photosynthèse optimisée permet d’augmenter les rendements : jusqu’à 20% pour la quantité de tomate et de courgettes et 25% de concombre en nombre de pièce, etc… [block:api-header] { "title": "2.3. Le réglage de l'éclairage" } [/block] On considère que la somme de radiation globale est inférieure au seuil critique des besoins de la plante de la période s’étalant d’octobre à mars. Le mois de décembre est la période la plus sombre. L’appoint photosynthétique avec l’éclairage LED peut représenter plus de 50% de la quantité de lumière reçue par la plante sur une journée. Lorsque la photopériode et l’intensité lumineuse augmentent avec l’arrivée des beaux jours (à la sortie de l’hiver) cette proportion s’établie à moins de 10% de la somme de radiation globale journalière totale. La durée d’éclairage dépend principalement de la période de l’année où l’on se trouve. Ci-dessous sont présentées les recommandations de durée d’éclairage : [block:parameters] { "data": { "h-0": "Mois", "h-1": "Durée d’éclairage (heures)", "0-1": "6", "1-1": "12", "2-1": "16", "3-1": "12", "4-1": "8", "5-1": "4", "0-0": "Octobre", "1-0": "Novembre", "2-0": "Décembre", "3-0": "Janvier", "4-0": "Février", "5-0": "Mars" }, "cols": 2, "rows": 6 } [/block] Il y a deux règles de base à respecter pour bien faire assimiler l’éclairage LED aux plantes : - Le passage de l’éclairage de 16 à 4 heures se fait graduellement. Le changement de la durée de photopériode est progressif, soit 30 minutes par jour. - La photopériode doit rester identique pendant une semaine. Pour une longue photopériode, l’allumage se fait à minuit dans l’idéal et l’arrêt à 16 heures pour laisser les bourdons aller naturellement à la ruche avant le coucher du soleil. Ce sont des conditions idéales pour la croissance des plantes si l’on veut optimiser la production. Les nuisances lumineuses sont à considérer vis-à-vis du voisinage. [block:api-header] { "title": "2.4. La gestion de la température" } [/block] Les émissions de chaleur par les LED sont très faibles. Les plantes sont alors dans des conditions confortables de croissance, sans gradient de température qui perturbent le bon fonctionnement physiologique entre les différentes parties de la plante (par exemple entre le haut de la plante et les racines…). En hiver, la température extérieure est très basse. Pour maintenir la chaleur à l’intérieur de la serre il est possible de déployer l’écran thermique pour limiter les déperditions de chaleur. L’éclairage LED compense la réduction de la pénétration lumineuse naturelle, en économisant l’énergie pour le chauffage. Au printemps, il y peut y avoir des jours de chaleur, mais avec l’éclairage LED, il n’y aura pas d’accumulation de chaleur. Car si la température journalière est trop élevée, alors la plante brûle trop de sucres et il n’y a pas d’optimisation de l’ajout de lumière. [block:image] { "images": [ { "image": [ "https://files.readme.io/38e7ae3-b4fe407-20180928_151725.jpg", "b4fe407-20180928_151725.jpg", 1512, 2016, "#4a4b38" ], "caption": "Positionnés à la verticale, les bandeaux de LED blanches permettent d’améliorer la croissance et le développement des cultures sur toute la hauteur de tours ZipGrow. L’intégration de l’éclairage ne gène pas le déploiement de l’écran thermique, très utile en hiver." } ] } [/block]